Home Recettes
Category

Recettes

Une madeleine est un petit gâteau traditionnel lorrain aux œufs, en forme de coquillage, allongée ou ronde. 

On la retrouve également en Espagne, où elle fait partie intégrante de la cuisine ; elle aurait été apportée en Espagne par les Français lors des pèlerinages à Saint Jacques de Compostelle.                                                   

Voici ma recette:

-250g sucre.
-250g farine.
-250g beurre.
-5g bicarbonate (ou levure chimique 9g)
-200g œufs entiers (4 œufs).
-zeste de citron râpé (ou orange).

Blanchir sucre+ oeufs, ajouter farine puis beurre ramolli+ bicarbonate+zeste.
-laisser reposer au frais 2h.              

 Mouler dans des moules à madeleines graissés (environ 1 bonne c à soupe de pâte par empreinte) et cuire 8mn à 200C.                                                            
Se conserve plusieurs jours filmé individuellement dans une boîte !

30 mars 2020

Le tendron est la paroi abdominale du  du veau, un morceau à « braiser ».

La recette que je vous propose est une recette familiale de saison, le tendron de veau « bourgeoise » aux artichauts : 

Pour 4 pers :

-4 tendrons de veau
-6 à 8 artichauts  « petits violets »
-1 citron
-2 carottes
-1 oignon blanc
-100G lardons salés
-3 gousses d’ail
-1 bouquet garni (thym, laurier, persil).
-1 petite boite tomate concentrée (150G environ)
-25CL vin blanc
-huile d’olive, beurre, sel, poivre.
-1/2L jus de veau (ou bouillon de volaille).

 – Préparer les artichauts (prendre des « petits violets ») en coupant le haut des feuilles et en enlevant les feuilles autour puis couper les artichauts en deux et les blanchir 3mn à l’eau salée et citronnée. 
-Faire saisir (à coloration) les tendrons de veau au beurre et à l’huile d’olive, que vous aurez coupés en 3 morceaux au préalable.
-Réserver puis suer dans les sucs carottes, oignons, lardons, gousses d’ail écrasées, ajouter un peu d’huile d’olive et un bouquet garni..
– Ajouter tomate concentrée, Mouiller vin blanc, évaporer l’alcool et mouiller jus de veau à hauteur (ou à défaut bouillon de volaille), assaisonner sel, poivre. 
-Cuire à demi-couvert et à feu doux 1h10mn environ, ajouter les artichauts et cuire encore 10 bonnes minutes.

Astuce de chef:

– Préparer la veille et réchauffer le lendemain, servir, bon appétit.

-À savoir: 

-Vous pouvez ajouter des pois gourmands et des petites pommes de terre nouvelles (taillées en coin de rue) pour un ragoût printanier.
– Les pois gourmands seront blanchis à l’eau salée puis ajoutés en fin de cuisson comme les artichauts, les pommes de terre idem.
– N’hésitez pas à rajouter du bouillon (ou de l’eau) si nécessaire.
-Le tendron de veau est un morceaux peu onéreux et très goûteux.

22 février 2020

Dans la famille des pois frais, on consomme soit les graines seules : c’est le « petit pois », ou pois vert, que l’on écosse au préalable, lancé en France à l’époque de Louis XIV ,soit la gousse entière :

 C’est le « mangetout » ou « pois gourmand », qui a une gousse plate et se consomme avant la formation complète des grains (sinon, du parchemin se forme sur la gousse).

Les pois-gourmands sont des légumes de printemps et en Provence on a coutume de les manger en garniture de viande ou de poissons.

On peut les cuire à l’anglaise (eau bouillante salée) et les manger en

Vinaigrette ou juste passés au beurre (seuls ou avec d’autres légumes de printemps pour faire une garniture printanière) ou les préparer en ragoût.

Voici ma recette : Pour 6 à 8personnes

– 1 kg de pois gourmands
– 200 gramme de lard maigre en lardons
– 3 ou 4 oignons nouveaux (cébettes) ou 1 oignon blanc
– 3 carottes
– 4 gousses d’ail
– 20cl vin blanc
– 2 c à soupe de concentré de tomates
– 50 cl de jus de veau ou d’eau
– 5 cl d’huile d’olive
– 1 bouquet garni (thym, laurier)
– sel , poivre

-Comme pour les haricots verts, rincez-les et coupez les extrémités des pois-gourmands et enlevez les fils s’il y en a. (choisir des petits pois-gourmands, plus tendres et sans fils).

-Faire revenir les lardons , les oignons ciselés (ou émincés si c’est des oignons nouveaux), les gousses d’ail écrasées, les carottes en rondelles et le bouquet garni à l’huile d’olive.

-Ajouter la tomate concentrée et le vin blanc. Réduire pour évaporer l’alcool.

 -Ajouter les pois gourmands, mouiller avec 1/2L de jus de veau ou d’eau et laisser cuire à feu doux (à couvert) pendant 45 minutes. (la cuisson peut s’effectuer au four , à 180°C, à couvert, compter alors 1H).

-laisser refroidir à température ambiante et réchauffer au moment de servir.

A savoir :

Peut se faire la veille.

Peut se réaliser également avec des cocos plats

22 février 2020

Le palet breton est un biscuit sec en pâte brisée. Il est épais, environ 1,5 cm, et contient en moyenne 20 % de beurre demi-sel ainsi que du sucre vanillé. Son nom vient du jeu de palets, dont les éléments métalliques sont de la forme du biscuit.

Voici ma recette :Pour 15 sablés environ

-100G Beurre demi-sel 
-90G sucre
-130G farine
-7G levure chimique
-2 jaunes d’œuf
-1/2 gousse de vanille

-Ramollir un peu le beurre en tapant dessus avec un rouleau à pâtisserie et mettre tous les ingrédients dans le batteur avec la feuille.

-Bien mélanger sans trop chauffer.

-mettre la pâte sur un film alimentaire et faire un rouleau de 6cm de diamètre.

-Mettre au frais jusqu’au lendemain.

-Chauffer votre four à 160°C.

-sur une plaque recouverte d’une feuille silicone ou d’un papier cuisson, poser des cercles de 6cm beurrés au pinceau.

-couper des tranches dans votre boudin d’1/2 cm d’épaisseur, les poser dans les cercles et enfourner 18mn environ.

Le palet (ou sablé) va pousser à la cuisson pour atteindre un bon centimètre d’épaisseur.

Astuces de chef :

Dans la pâtisserie d’aujourd’hui, le palet breton n’est pas seulement utilisé comme biscuit du goûter mais aussi comme fond de tarte.

Vous pourrez ainsi régler votre épaisseur (et donc votre cuisson) selon vos besoins .

Vous pouvez faire toutes sortes de tartes sur un sablé breton, aux fruits, au citron (en pochant votre crémeux citron en plots), au chocolat (avec ganache montée) ou une tatin revisitée en posant dessus une pomme confite au caramel….

22 février 2020

La panisse est une spécialité culinaire d’origine ligure.

C’est une préparation à base de farine de pois chiches, qui se mange en friture ou dorée au four.

On la moule soit sous forme de rouleaux de 20 cm de long et de 7 cm de diamètre environ que l’on découpe  en disques ou en plaque afin de tailler de grosses frites.

Ensuite on les frit dans l’huile. Elles  se consomment chaudes.

Les panisses sont une spécialité de la cuisine provençale. On les achète à la douzaine et on peut les consommer « sur le pouce », ou en accompagnement d’une salade en entrée d’un repas.

En Italie, son équivalent, la panissa bénéficie d’une appellation au titre des « produits agroalimentaires traditionnels » italiens.

Elle est comparable à la socca niçoise, à la «cade toulonnaise» ou encore à la Calentica algérienne spécialité d’Oran.

A Marseille, elles sont généralement associées au quartier de l’Estaque au même titre que les chichis.

Sur un plan nutritionnel, elles remplaceront avantageusement les frites. A base de farine de pois chiches (légumineuse riche en protéines végétales, fibres, vitamines A, B6 et C notamment, calcium, phosphore, potassium, zinc, magnésium, fer et sodium), ces sticks ont un Index Glycémique bien moins élevé que leurs cousines les galettes de polenta pour une texture quasi similaire.

Voici ma recette : Pour 6 personnes

– 250 g de farine de pois chiches
– 1 litre d’eau
– 3 cuillères à soupe d’huile d’olive
– 1 cuillère à soupe de sel
– huile végétale  pour friture


– Verser la farine dans une casserole qui n’accroche pas

– Verser l’eau froide par petites quantités en remuant régulièrement au fouet pour éviter de faire des grumeaux

– Ajouter le sel puis l’huile d’olive

– Cuire à feu moyen en remuant en permanence jusqu’à ce que le mélange s’épaississe (au moins 10 minutes)

– Verser le tout sur une plaque préalablement filmée. Lisser, puis déposer une couche de film par dessus. Laisser refroidir.

– Tailler ensuite les Panisses à la forme désirée (frites, dès), puis les frire à 160 °C pendant 3 min.
Déposer sur un papier absorbant et  poivrer avant de servir. 

A savoir :

Si vous n’avez pas de friteuse ou que vous les voulez plus « régime » vous pouvez les frire dans une poêle (avec de l’huile ou à sec) ou les faire rôtir au four 10mn à 180°C.

La farine de pois chiche n’a pas la même densité que la farine de blé.

250 grammes de farine de pois chiche représentent de 330 grammes de farine de blé environ.

Vous pouvez aussi mouler la masse dans un moule à cake huilé …et pour faire des disques disposez la masse sur un papier cellophane et rouler en boudin avant de faire prendre au frais.

La panisse se mange avec les doigts, servie dans un cornet pour un en-cas ou à l’apéro.

Vous pouvez les saupoudrer de Parmesan ou d’herbes de Provence (ou les deux) à la sortie de la cuisson.

Astuces de chef :

Vous pouvez diluer la moitié la farine de pois chiche avec la moitié de l’eau froide et ajouter l’autre moitié d’eau que vous aurez porté à ébullition afin de gagner du temps de préparation.

A la dégustation, trempez vos panisses dans un aïoli ou un ketchup artisanal (photo) de notre fabrication.

Servez-les également en accompagnements de grillades avec des tomates à la Provençale.

22 février 2020

L’acacia pousse un peu partout en Provence et fleuri au printemps. Les fleurs d’acacia poussent en grappes et la floraison ne dure pas longtemps. Les fleurs sont utilisées depuis très longtemps en cuisine.


Dans l’Antiquité, les Grecs et les Romains en agrémentaient déjà leurs plats.
Les origines de la confiserie de fleurs se confondent d’ailleurs avec les débuts de la pharmacie.

 Cueillir une douzaine de fleurs. Vous pouvez les rincer mais ce n’est pas obligatoire. L’eau peut d’ailleurs contrarier la friture. Si vous les rincer, séchez les bien. Contrairement aux beignets de fleurs de courgettes, le beignet de fleurs d’acacia est un dessert (ou un goûter).

Pâte à beignets traditionnelle :

180 g de farine , un sachet de levure chimique, une pincée de sel, 25 cl de lait
un œuf , une c à soupe de sucre semoule, un demi paquet de sucre vanillé,
sucre glace (Finition).


Verser la farine dans un saladier avec le sel, le sucre, la levure.
Mélanger et disposer en fontaine.
Ajouter le jaune d’œuf et le lait.
Mélanger en partant du milieu, en incorporant peu à peu la farine, afin d’obtenir une pâte lisse et homogène.
Battre le blanc d’œuf en neige ferme.
L’incorporer délicatement à la pâte.
Laisser reposer 1 heure.

Pâte à beignets légère :

-50G Maïzena
-50G Fécule de pomme de terre
-50G Crème de riz
-15CL Eau gazeuse
-1 cuillère à soupe d’huile d’olive
-1/2 Sachet de levure chimique
-2 Blancs d’œufs
– 1/2 sachet de sucre vanille

Mélanger le tout sauf les blancs que l’on monte en neige et que l’on incorpore juste avant la cuisson .

Cuisson
Allumer le four à 120 °C.
Faire chauffer l’huile de friture
Tremper les grappes de fleurs dans la pâte en les tenant par la tige.
Laisser égoutter au dessus du saladier pour éliminer le surplus de pâte.
Plonger ensuite les grappes dans l’huile bien chaude.
Laisser cuire quelques instants puis les retourner.
La pâte va gonfler et prendre une jolie couleur dorée.
Déposer au fur et à mesure les beignets sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier absorbant.
Réserver au four le temps de faire cuire l’ensemble des beignets afin qu’ils restent chauds et croustillants au moment de les déguster.

Finition
Déposer les beignets d’acacia sur un plat de service.
Saupoudrer de sucre glace.

A savoir :

-Vous pouvez mettre un peu d’eau de fleurs d’orangers dans la pâte.
– Vous pouvez les manger froids également .
-Les « fécules » sont plus légères que la farine et donnent un côté plus croustillant aux beignets.

L’eau gazeuse quant à elle apportera de la légèreté mais l’eau plate fait aussi l’affaire.

22 février 2020

C’est l’équivalent de la Galette des Rois du nord de la France, pour célébrer l’Épiphanie. Il se trouve surtout en Provence, en Aquitaine historique (jusqu’au Poitou) en Gascogne et Languedoc, où il se nomme reiaumecòca ou corona dels reis, en Catalogne (Tortell de Reis), en Espagne (Roscón de reyes), et au Portugal (Bolo rei).Une tradition similaire existe à La Nouvelle-Orléans qui aurait été exportée de la France. C’est le King cake.L’origine des gâteaux des rois semble être liée aux Saturnales romaines. Ces célébrations étaient dédiées au dieu Saturne, afin de fêter l’augmentation des jours après le solstice d’hiver. Lors de ces cérémonies était fait un gâteau rond fourré de figues, de dattes et de miel, divisé en parts égales entre les maîtres et les esclaves. À l’intérieur du gâteau était introduite une fève, et celui qui avait la chance de la trouver dans son morceau était nommé roi. Cette tradition est parvenue en France par l’intermédiaire de la papauté d’Avignon où le premier tirage des Rois eut lieu à la fin du xive siècle au couvent des dominicains.les fruits confits symbolisant les joyaux de la couronne.

De nos jours c’est le plus jeune de l’assemblée qui ferme les yeux ou se place sous la table et on lui désigne chaque part de gâteau afin qu’il l’attribue à un convive.

Il y a deux fèves dans le gâteau :

·      le sujet, en porcelaine, qui représente traditionnellement un personnage de la crèche ;

·      la fève proprement dite.

Celui qui tire la fève est le roi; le petit sujet est pour la reine, dans certains cas celui qui tire la fève doit payer le prochain gâteau.

Pour 3 gâteaux X  8/10 pers.

Voici ma recette :

*Préparer le fourrage/préparation des rois (version fruits confits):

-Hacher finement (au couteau) cerises confites, clémentines confites, zestes citron confits, melon confit (600G au total soit 200G /Gâteau) et ajouter du rhum (ou du kirsch) à la préparation et laisser macérer au moins 24H.

*Préparer le fourrage/préparation des rois (version praliné):

-400G pâte praliné+200G nutella, mélanger.

Brioche :

Mettre dans la cuve du batteur : (dans l’ordre)
1-35G de levure de boulanger (à levage rapide) +10CL d’eau tiède
2-1,2KG de farine
3-400G œufs entiers (8/9)
4-5G arôme fleurs d’orangers (pour la version fruits confits)
Mélanger pendant 5MN, la pâte doit se décoller des bords

Ajouter ensuite par dessus :

-350G de beurre en cubes ramolli.
-40G de lait en poudre+4c à s d’eau tiède
-5G de sel
-180G de sucre semoule
-50G de cubes citron + 50G de cubes oranges (pour la version fruits confits)
Ou 100G Praligrains (version praliné)

Puis pétrir pendant 5MN (lentement) , la pâte doit être lisse, élastique et brillante.

Réserver au frais dans un récipient creux couvert d’un film alimentaire pendant 4H .

*Façonner en boules (3 x 800G).
*Étaler la pâte en rond
*Poser la préparation-fourrage au centre de la pâte
*Rabattre la pâte (du bord vers le centre) en soudant dessous.
*Retourner la boule sur la plaque.
*Laisser pousser 30MN sur le four préchauffé, dorer (version fruits confits) ou parsemer de Praligrain et de vergeoise brune (version praliné) et enfourner pendant 20MN à 180°C
*Laisser refroidir.

-Napper d’abricotine et disposer le sucre en grains et les fruits confits égouttés dessus.

(Version fruits confits)

-Saupoudrer de sucre glace (version praliné).

A savoir :

Ce gâteau en forme de boule farcie que l’on appelle aussi « pogne des rois » n’est plus beaucoup répandu aujourd’hui, les boulangers préférant la couronne.

Il permet pourtant, à mon avis d’voir une brioche plus moelleuse et un gâteau plus gourmand.

Si vous êtes courts en temps et que vous ne pouvez pas faire la pose de 4H, la pâte sera plus molle et plus délicate à travailler mais le résultat sera tout aussi bon.

Astuce de chef. :

Si vous n’avez pas d’arôme fleur d’oranger, n’utilisez pas d’eau de fleur d’oranger qui n’apportera pas grand chose, choisissez plutôt de râper du zeste d’orange.

La levure de boulanger à levage rapide que l’on trouve en poudre en sachet permet comme son nom l’indique de raccourcir le temps de levage et donc le temps de fabrication.

6 janvier 2020

La crêpe Suzette est un dessert français composé d’une crêpe au beurre Suzette, une sauce à base de sucre caramélisé et de beurre, de jus de citron et/ou d’orange, de zeste et de liqueur Grand Marnier ou de Cointreau ou encore de Curaçao. Les crêpes Suzette sont généralement servies flambées, même si certains ouvrages de cuisine notent que dans la recette originale, elles sont servies non flambées.

La recette aurait été inventée par Auguste Escoffier chef de cuisine de l’Hôtel Savoy à Londres. Auparavant, il avait été le chef de cuisine du Grand Hôtel de César Ritz, ce dernier ayant popularisé la liqueur du Grand Marnier. Il proposa ces crêpes cuisinées avec du curaçao au prince de Galles, le futur roi d’Angleterre Édouard VII. Ce dernier suggéra de donner le prénom de Suzanne Reichenberg, la jeune femme qui l’accompagnait, au dessert. Contrairement à une idée reçue, les crêpes Suzette ne furent initialement pas flambées.

Pour faire des crêpes Suzette, il faut des crêpes… déjà préparées ! Eh oui, la spécificité de la crêpe Suzette, c’est le beurre dans lequel elle est plongée, pas la crêpe qui, elle, est basique.

Ce beurre, qu’on appelle « beurre Suzette » est composé de sucre, d’orange et/ou de citron, de beurre et ….de Grand-Marnier (ou autre alcool à l’orange comme indiqué plus haut).

Un passage dans ce beurre, un flambage et voilà, vous avez une crêpe Suzette.

Quand j’étais enfant, on mangeait ces crêpes à Noël, au dessert  et c’est mon grand-père  qui avait été Maître d’hôtel qui nous les préparait dans les règles de l’art. Des souvenirs inoubliables.

Voici ma recette : Pour 8 crêpes (2/pers)

-150G Beurre ramolli
-150G sucre semoule
-2 oranges
-1 citron
-10cl de Grand-Marnier

Le matin ou la veille ….

-Préparer tout d’abord vos crêpes.

-Préparer ensuite le « beurre Suzette » en mélangeant le beurre ramolli, 50G de sucre semoule, le jus d’une orange et du citron + un peu du zeste râpé de ceux-ci et réserver au frais.

-Au moment du dessert, mettre dans une poêle le sucre restant (100G) et le jus de l’autre orange.

-Cuire à caramel blond et ajouter le beurre Suzette. Porter à ébullition.

-Sortir du feu.

-Passer ensuite les crêpes une à une, recto-verso dans cette sauce, les plier en 4 et les ranger sur le bord de la poêle afin de faire les suivantes.

-Remettre sur le feu et flamber aussitôt au Grand-Marnier.

-Présenter dans la poêle

-Servir et napper de sauce.

A savoir :

Le beurre est préparé à l’avance afin que les éléments infusent bien.

Il est incorporé froid au caramel afin d’arrêter la cuisson de celui-ci.

Pour plus de crêpes, faîtes plusieurs poêles ou débarrasser les crêpes sur un plat au fur et à mesure que vous les aurez « trempées », mais il vous faudra les remettre ensuite dans la poêle pour les flamber.

Astuces de chef :

Vous pouvez ajouter des zestes d’orange confits ou des segments d’oranges pelées à vif ou encore une boule de glace ou de la Chantilly au moment de servir.

6 janvier 2020

La gaufre trouve son origine en Belgique , même si des écrits font mention de gaufres à paris au moyen-âge.

Il existe deux sortes de gaufres :

-La gaufre de Bruxelles (par extension gaufre belge) est une grande gaufre rectangulaire. Celle-ci se mange chaude et peut être servie avec de la crème chantilly ou du sucre impalpable.

-La gaufre de Liège, localement appelée gaufre au sucre (gauff au suc avec l’accent liégeois), ou wafe en wallon, est une spécialité de Liège.

Son origine (XVIIIe siècle) est concomitante de la mise sur le marché du sucre perlé généré au départ du sucre de betterave de Hesbaye, dans la région de Liège.

Elle se mange froide ou tiède.

Par opposition à la gaufre de Bruxelles, la gaufre de liège est constituée d’une pâte levée  fermentée de type « brioche » alors que son alter ego Bruxelloise est plutôt une base de pâte à crèpe épaisse avec ajout de blancs montés et levure chimique.

J’ai choisi celle-ci par goût personnel, la Liégeoise me semblant plus gourmande.

Voici ma recette : Pour 12 à 14 gaufres

-500G farine
-50G cassonnade
-200G sucre en grain (ou sucre perlé)
-20CL lait
-30G levure de boulanger
-2 oeufs

-1 cuillère à soupe de sucre vanillé
-1 pincée de sel
-200G beurre ramolli
-Tiédir le lait et fondre la levure
-Ajouter le reste des ingrédients sauf le sucre grains et le beurre
-faire pousser 30MN
-Casser (faire tomber) et ajouter le sucre en grains.
-Pétrir ensuite avec le beurre ramolli
-Bouler (50G (petite) à 90G (normale) et repos (à température ambiante, 15mn)
-Cuire au gaufrier (3 à 4mn)
-Servir tiède

A savoir :

Vous pouvez ajouter de la cannelle dans la pâte ou rouler la boule de pâte dans du sucre glace avant de la mettre au gaufrier (pour un effet caramélisé)

Prenez du sucre perlé assez gros afin qu’il reste bien des grains après cuisson pour un effet croustillant.

Ne pas mettre le sel sur la levure cela lui ferait perdre son effet levant.

PM : pour 30G de levure de boulanger humide diviser par 3 pour de la levure de boulanger sèche soit 10G.

Attention le lait trop chaud « tue » la levure.

Le beurre pas assez mou ou liquide ne permet pas la réussite de la recette. Vous pouvez aller jusqu’à 250g beurre pour la recette (pour des gaufres encore plus gourmandes).

Astuce de chef :

Faîtes votre pâte pour une utilisation immédiate (dans la journée) mais pas la veille pour le lendemain, cette pâte n’aime pas le froid.

Préférez finir de cuire toute votre pâte et éventuellement réchauffez les gaufres le lendemain. Vous pouvez saupoudrer votre gaufre de sucre glace, la napper de chocolat chaud ou de pâte à tartiner, de chantilly et de fruits….

6 janvier 2020

L’oreillette est un dessert d’origine languedocienne, provençale et rouergate, une douceur de carnaval, qui représente le pain riche pour marquer la fin du carême. On la trouve aussi parmi les traditions de Noël, et on la déguste, de toute façon, tout au long de l’année.

Des beignets de types semblables existent dans de nombreuses régions françaises, on les appelle bugnes, risoles, merveilles ….

Les oreillettes ont bercé mon enfance, ma grand-mère ne manquait pas d’en faire à la période du carnaval et elle nous associait ma sœur et moi à la fabrication de celles-ci.

Voici sa recette :Pour 4 personnes
-250G farine
-1/2 sachet de levure chimique
-50G sucre semoule
-1 oeuf
-100G beurre fondu
-1 à 2 cuillères à soupe d’eau de fleur d’oranger (ou le zeste d’une orange rapée)
-40CL huille (cuisson)
-Sucre semoule (finition)

– Faire une fontaine avec la farine, la levure et le sucre en poudre, verser au centre  les œufs, la fleur d’oranger (ou l’orange râpée) et le beurre fondu. Pétrir à la main pour obtenir une pâte homogène.

-Former une boule avec la pâte (laisser reposer 1H au frais ) et l’étaler finement au rouleau à pâtisserie sur un plan de travail fariné puis découper en rectangles.

– Faire chauffer l’huile dans une grande poêle et mettre à frire les morceaux de pâte (de chaque côté).

-Egoutter les oreillettes sur du papier absorbant, passer dans le sucre semoule et dresser sur un plat.

Astuces de chef :

Il faut passer les oreillettes dans le sucre semoule quand elles sont encore chaudes afin que le sucre accroche bien.

On peut remplacer le sucre semoule de finition par du sucre glace que l’on saupoudre par-dessus.

On peut également remplacer le zeste d’orange par du zeste de citron ou du rhum.

6 janvier 2020